Les goûts de l’ego… par Martin Brem

Il paraît que l’on ne saurait discuter des goûts et des couleurs.

Comme c’est intéressant.

Ainsi la cantate « Ich habe genug » de Bach ou un grattage de guitare, un nain de jardin ou La petite châtelaine de Camille Claudel, ce serait la même chose ? Et l’on laisserait à l’appréciation de chacun le soin de frémir à 50 nuances de Grey plutôt qu’à découvrir que la Littérature, la vraie, est déjà passée par là, et peut-être avec infiniment plus d’imagination ?

S’il est un domaine qui donne l’exacte mesure de l’étrangeté d’une telle formule, c’est bien celui de la cuisine.

On ne discuterait pas des goûts et des couleurs ? Alors une pizza réchauffée vaudrait bien un tournedos Rossini de belle facture, un Coca de l’année aurait droit aux mêmes titres de noblesse qu’une Vendange Tardive de 1990… Et le McDo de Schiltigheim vaudrait bien l’Auberge de l’Ill. Tout est une question de goût, n’est-ce pas ?

Comme c’est amusant.

Tous les goûts sont peut-être dans la nature, encore faut-il en avoir un. En tout cas le goût se travaille. Il se travaille en matière d’art, il se travaille dans les cuisines. N’est pas artiste qui veut, n’est pas chef cuisinier qui veut non plus. De même on n’est pas gastronome parce que l’on s’est juste donné la peine d’ouvrir la bouche au moment de manger : les papilles aussi s’éduquent.

Notre époque est étourdissante d’inventivité, mais parfois un peu simpliste. L’art, et celui de la cuisine en particulier, nous rappelle l’importance de quelque chose d’essentiel : le raffinement…

Le raffinement, en matière culinaire, ce peut être de proposer quelque plat compliqué, ce peut être de proposer quelque chose de tout simple mais poussé à une sorte de perfection de l’évidence, qu’importe…

On ne saurait discuter des goûts et des couleurs…

C’est ça, c’est ça…

En attendant les esthètes et les gastronomes se marrent doucement.

Martin Brem – Des cours de français au coaching orthographe et expression écrite, en passant par ses activités de « plume », d’écrivain ou de chroniqueur livres  : rien de ce qui concerne le plaisir des mots ne lui est totalement étranger… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.