Méditation sur l'art de la choucroute par temps d'ascèse généralisée, par Martin Brem

Il faut prendre soin de sa santé, l’affaire est entendue. Mais est-ce toujours en se privant de tout que l’on obtient forcément les meilleurs résultats ? Faut-il tourner le dos à la cuisine gastronomique des grands chefs ? Pas sûr, pas sûr du tout …

Le temps est à la méditation, pourquoi pas ? Du coup, dans la foulée il en est qui vénèrent le footing systématique, la bouteille de Badoit ® et la feuille de salade – accompagnée d’un yaourt 0% pour les plus goinfres.

Comme c’est bon de les regarder : tandis que l’on savoure une viande juteuse de saveurs aux papilles encore inconnues, une choucroute à peine craquante d’un Chef qui rappelle les talents d’une grand-mère que l’on aurait jurée irremplaçable, eux transpirent, se privent, comment ne pas les remercier ? Ils subliment ainsi la jouissance du gourmet, toujours à l’affût de sensations rares.

Ne plus faire que manger ? Oh que non … Mais savoir faire une pause dans sa vie, s’accorder le meilleur de temps en temps, tordre un peu le cou aux diktats de la maigreulitude obligatoire et généralisée, à la sinistrose ambiante, n’est-ce pas délicieux ?

Il en est qui pensent que se torturer est fort recommandable pour la santé. Il en est pour qui se faire plaisir est de meilleure médecine encore …

Martin Brem – Des cours de français au coaching orthographe et expression écrite, en passant par ses activités de « plume », d’écrivain ou de chroniqueur livres  : rien de ce qui concerne le plaisir des mots ne lui est totalement étranger… 

Comments (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.